En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Autour de nous

Tous les articles (6)
  • Visite en 3D de la cathédrale d?Albi

    Par germann admin, publié le mercredi 16 juin 2010 13:00 - Mis à jour le mercredi 16 juin 2010 13:00

    Le site de la Mairie d’Albi propose une visite virtuelle de la Cathédrale. Cliquez ici !

  • Dourgne vue du ciel

    Par germann admin, publié le mercredi 16 juin 2010 12:51 - Mis à jour le mercredi 16 juin 2010 12:59


     

  • Dourgne

    Par germann admin, publié le mercredi 16 juin 2010 12:50 - Mis à jour le mercredi 16 juin 2010 12:50

    Le Castellas : le château a été construit sur l’ ancienne route d’Arfons qui, à l’époque, était sans doute la seule route reliant Castres à la mer par Saissac (château) et Carcassonne (cité). On peut peut-être dater sa construction à l’an 960 où Gausbert et Bernard furent investis de la seigneurie de Dourgne par Frotaire, seigneur d’Albi. On sait que le Castellas existait en 1025. Il fut détruit en avril 1212 par les troupes de Simon De Montfort venant d’Hautpoul.

    La carrière de Dourgne : la carrière exploite des calcaires. Il s’agit de calcaires dolomitiques massifs de couleur gris-bleu. La société qui exploite la carrière existe depuis 1956. Les matériaux extraits sont utilisés à 90% pour les travaux routiers et publics.

    L ’Ardoisière : elle est exploitée depuis 1891. Son filon s’étend sur 5 km de long, 60 m de large et 80 m de haut. La bande de schiste évolue du noir au bleu-noir, puis au vert.

    L’ Abbaye Sainte Scholastique : elle a été construite en 1890. Cette abbaye est un couvent de religieuses. Elle a été reconnue abbaye en 1896. Les soeurs y font des récoltes, de l’élevage et de l’artisanat. Cette abbaye se trouve sur la route de Massaguel.

    En Calcat : cette Eglise a été construite entre 1928 et 1935. Elle fait partie du couvent des Bénédictins. Elle est le lieu où la communauté se réunit six fois par jour pour prier. Elle a été restaurée au cours de l’été 2003.

    Saint Stapin : monument bâti à la gloire de Saint Stapin sur les hauteurs de Dourgne. Ce lieu a livré des traces d’occupation préhistorique.

    La chapelle Saint Ferréol : Chapelle construite en 1947 sur un plateau dominant le vallon de Saint Stapin.

  • La Montagne Noire

    Par germann admin, publié le mercredi 16 juin 2010 12:50 - Mis à jour le mercredi 16 juin 2010 12:50

    1) Pourquoi ce nom ?

    Certains lieux de la Montagne Noire sont sombres car la végétation est faite le plus souvent de pins et de sapins sur la totalité du relief aux alentours de Dourgne.

    2) La flore :

    La flore de la Montagne Noire est constituée de pins, sapins, chênes ; hêtres, érables, jonquilles, ancolies, fougères, champignons : cèpes ; morilles ...

    3) La faune :

    La faune est constituée de sangliers, écureuils, chevreuils, loirs gris, mésanges nonettes, buses variables, tritons marbrés, couleuvres vertes et jaunes... Jadis dans la Montagne Noire, il y avait le loup.

    JPG - 131.4 ko
    La montagne Noire

    4) Les carrières :

    La carrière de Dourgne extrait du calcaire. Ce calcaire est concassé pour donner du gravier. Ce gravier sert à faire des routes. Au niveau de l’ardoisière, on extrait de l’ardoise pour fabriquer des toits de maisons.

    5) Les sentiers :

    Les sentiers de randonnée de la Montagne Noire sont agréables à parcourir. Depuis Dourgne , il faut compter : 2 h pour le Baylou (6,3 km). 2 h 30 pour le circuit de la Montagnarié (7,2 km) . 3 h pour la Capelette (7,8 km).

    6) Les belles vues :

    On peut apercevoir de beaux lieux en allant à St Stapin, la Capelette ou en empruntant le circuit de la Montagnarié.

  • Histoire de Dourgne

    Par germann admin, publié le mercredi 16 juin 2010 12:49 - Mis à jour le mercredi 16 juin 2010 12:49

    NOTICE HISTORIQUE DE DOURGNE par A. M. DENIS (Archiviste)

    Aujourd’hui Dourgne est le chef lieu de canton d’une quinzaine de communes dépendant de la sous préfecture de Castres.

    Bien des signes permettent de penser que le lieu était déjà habité à l’époque préhistorique. Puis les Gaulois s’installèrent dans la vallée. Pendant l’occupation romaine, un passage reliant Narbonne à Castres est attesté.

    Au milieu du VIIième siècle Saint Stapin ou Estapin ( Stephanus ou Etienne selon la liturgie romaine) était un jeune homme appartenant à une famille de Dourgne. Il s’était retiré sur un plateau de la Montagne Noire désigné sous le nom de Désert de Saint Ferréol où il menait une vie contemplative. Il fut un temps évêque de Carcassonne mais revint à Dourgne où il meurt. Une chapelle est dressée à cet endroit et sa fête est toujours célébrée au mois d’août.

    Au Moyen Age la position de Dourgne à mi-hauteur de la montagne joua un rôle important. Vers l’an mille le premier seigneur de Dourgne, Gausbert est investi par le seigneur d’Albi. Au13ième siècle, la reconstruction de la ville grâce au roi Philippe le Bel est toujours célébrée de nos jours par la fête du romarin.

    Pendant les luttes protestantes du XVIième siècle, Dourgne se tint sous la bannière catholique si bien que par deux fois les moines bénédictins de Sorèze s’y réfugièrent après la prise de Sorèze par les troupes protestantes. A partir de l’époque de Henri IV, vers 1605, la ville de Dourgne était gérée par des Consuls, c’est à dire l’équivalent de notre maire et de nos conseillers municipaux. Alors notre ville et Arfons forment une seule communauté. 4 consuls sont désignés par leurs prédécesseurs et acceptés par le suffrage des habitants. Ils sont nommés pour un an et non rééligibles. Cela a lieu au 15 août. Ils s’occupent de la police, de la surveillance des routes, des cours d’eau. Ils organisent les services de santé en cas d’épidémie. Ils font dresser le rôle des impôts. A cette époque Dourgne était encore entourée d’une muraille. Dourgne était une ville riche grâce au commerce de la laine et à ses élevages.

    A la veille de la Révolution la population est d’environ 1800 personnes qui vivent du textile mais aussi de la culture du blé et du seigle. On prépare la réunion des Etats Généraux et quatre députés sont élus pour y représenter notre commune : Antoine Caraven, Jean Jacques Raynaud, Jean Picarel et Pierre Germain Pebemard. La première municipalité de Dourgne est installée le 8 février 1790 et le Sieur Caraven est élu Maire. Ce conseil municipal se préoccupe de l’enseignement des jeunes et décide d’ouvrir une école pour enseigner l’écriture, la lecture et l’arithmétique en 1792. Les enseignants sont rétribués selon le nombre d’élèves qu’ils instruisent.

    Au cours du XIXième siècle, Dourgne continue de vivre surtout de l’élevage. Lors du recensement de 1866 on compte 1715 habitants et 3537 ovins. L’électricité arrive à Dourgne en 1891. Les carrières d’ardoises sont exploitées depuis 1873. Le téléphone arrive en 1927 et l’eau bien plus tard en 1950. Un chemin de fer existait jusqu’après la deuxième guerre mondiale.

    Nous remercions A.M. DENIS, archiviste à DOURGNE, pour la rédaction de cette notice.

Trier par
Catégories
Aucune catégorie définie
Auteurs